CLOSE
CLOSE
Taille du texte
Contraste

Chirurgie au laser

Les chirurgies au laser gagnent en popularité dans le traitement de divers problèmes et maladies oculaires.

Pendant la chirurgie au laser, on engourdit l’œil de manière à ce que le patient ne ressente pas de douleur, ou presque. Ensuite, l’ophtalmologiste pose une lentille spéciale sur l’œil. Il pointe le rayon laser dans l’œil et le patient voit un grand éclat, comme le flash d’un appareil photo.

Risques associés à la chirurgie au laser

La chirurgie au laser demeure une intervention chirurgicale et comporte donc des risques. Par exemple, la pression intraoculaire (PIO) de certains patients pourrait augmenter peu après l’intervention. Chez les patients qui doivent subir une chirurgie au laser YAG (cyclophotocoagulation au laser), la PIO pourrait devenir trop faible pour préserver la forme et le métabolisme normaux de l’œil. Pour prévenir ce problème, on recommande l’usage de médicaments antiglaucome avant et après l’intervention chirurgicale.

Les types interventions qui suivent sont les plus populaires dans le traitement du glaucome.

Iridectomie périphérique au laser (IPL)

Pour le traitement du glaucome à angle étroit

Le glaucome à angle étroit est une pathologie qui touche les gens dont l’angle irido-cornéen est très étroit. Une fermeture de cet angle entraîne la diminution de l’excrétion de l’humeur aqueuse et donc l’augmentation de la PIO. Pendant une iridectomie périphérique au laser, on pratique un petit trou dans l’iris pour permettre au liquide aqueux de mieux circuler.

Trabéculoplastie au laser argon

Pour le traitement du Glaucoma primitif à angle ouvert

Le rayon laser ouvre les voies de canalisation du liquide oculaire, ce qui facilite le fonctionnement du système d’évacuation de l’œil. La plupart des patients devront continuer à prendre des médicaments après ce genre d’intervention.

Généralement, on traite la moitié des voies de canalisation du liquide oculaire. Au besoin, on traitera l’autre moitié au cours d’une intervention ultérieure. De cette manière, on empêche la surcorrection de l’œil tout en réduisant le risque d’augmentation de la pression après la chirurgie.

À ce jour, la trabéculoplastie au laser argon a su abaisser la pression oculaire dans 75% de cas.

Trabéculoplastie sélective au laser

Pour le traitement du glaucome primitif à angle ouvert

Dans la trabéculoplastie au laser, on a recours à diverses fréquences, lesquelles permettent au laser de fonctionner à très faible intensité. Ce type d’intervention traite les cellules de façon sélective, de manière à ne pas endommager les portions du tissu trabéculaire qui n’ont pas été traitées. Grâce à ce concept unique en son genre, on croit que la trabéculoplastie au laser, contrairement aux autres types d’interventions au laser, peut être effectuée à plusieurs reprises dans le même œil.

Néodyme : Cyclophotocoagulation au laser YAG

Une solution de rechange à la microchirurgie filtrante à laquelle on a recours plus tardivement dans l’algorithme des traitements. Cette chirurgie détruit une portion du corps ciliaire, la section de l’œil qui produit le liquide intraoculaire. On pourrait devoir reprendre cette intervention à quelques reprises afin de maîtriser le glaucome de façon permanente.


 

Douleur lors d’une chirurgie au laser pour traiter le glaucome

L’iridectomie périphérique au laser et la trabéculectomie au laser argon sont accompagnées d’un léger pincement. Durant la cyclophotocoagulation au laser YAG, on a recours à une anesthésie locale pour engourdir l’œil. Une fois l’œil engourdi, le patient ne devrait pas ressentir de douleur.

Avantages à long terme de la chirurgie au laser

Les chirurgies au laser aident à abaisser la pression intraoculaire (PIO). La durée de cette baisse de PIO dépend du type de chirurgie préconisé, du type de glaucome, de l’âge, de la race et bien d’autres facteurs. Au besoin, on peut reprendre à plusieurs reprises une chirurgie au laser dans le même œil afin de mieux contrôler la PIO.

Médicaments à prendre après une chirurgie au laser

Dans la plupart des cas, il est tout de même nécessaire de prendre des médicaments pour contrôler la pression intraoculaire. Néanmoins, la chirurgie peut réduire le nombre de médicaments requis.

Convalescence

En général, les patients peuvent vaquer à leurs occupations quotidiennes au lendemain de la chirurgie.

La chirurgie se fait habituellement chez un ophtalmologiste. Avant l’intervention, on endort l’œil à l’aide d’un médicament. Après la chirurgie, la vision pourrait être trouble et l’œil, irrité. Le patient devrait donc s’assurer que quelqu’un le ramène à la maison après l’intervention.

Risque accru de cataractes

Après une chirurgie au laser, il existe un risque minime de développer des cataractes. Par contre, les avantages de la chirurgie sont bien plus nombreux que les risques, dans la plupart des cas.

Contrairement à ce qu’on entend dire, on n’élimine pas les cataractes à l’aide de lasers, sauf en médecine expérimentale. Lorsqu’on a retiré une cataracte grâce aux incisions traditionnelles, celle-ci laisse souvent une membrane externe semblable à une lentille. Cette membrane pourrait, petit à petit, épaissir et troubler la vue, tout comme une cataracte. Grâce à la chirurgie au laser, on peut ouvrir cette membrane et éclaircir la vue sans opération. On nomme ce genre de chirurgie « capsulotomie ».

Sur ce, les patients ne devraient pas hésiter à faire part de leurs inquiétudes face à la chirurgie au laser à leur ophtalmologiste.


 

Source : Fondation états-unienne de recherche sur la glaucome.